1. Réseau des Musées de l'ULB
  2. Accueil
  3. L'objet du mois

Bubo scandiacus L. - Harfang des neiges ou Chouette Harfang

Muséum de Zoologie et d'Anthropologie

Mis à l’honneur dans la saga « Harry Potter », le harfang des neiges est un rapace adapté à un environnement extrême, la toundra arctique. Il peut atteindre jusqu’à 70 cm de hauteur et a une espérance de vie de 10 ans dans la nature et de 35 ans en captivité.

Contrairement à ce que son nom vernaculaire, « chouette harfang », laisserait supposer, le harfang des neiges est proche des hiboux. Il appartient en effet au genre Bubo, même genre que le hibou grand-duc. Il est facile de différencier le mâle de la femelle : lui est d’un blanc presque parfait, alors que la femelle est tachetée de points noirs. Étant souvent au sol, les harfangs ont des plumes jusqu’en bas des pattes, qui les protègent du froid. Le couple est uni pour la vie. Il niche exclusivement sur le sol et se reproduit seulement s’il y a suffisamment de nourriture.

Dans la chaîne alimentaire de la toundra, le harfang occupe, avec le renard, la place la plus élevée : celle du prédateur. Cependant, dans ce système vivant très simplifié, ces carnivores spécialisés sont aussi très vulnérables ; très efficaces lorsque les lemmings sont abondants, ils sont voués à la famine ou à l'exil quand se raréfie ce gibier qui constitue l'essentiel de leur menu. Ils peuvent se déplacer en fonction de la disponibilité de ces proies. Sa vue perçante de nuit comme de jour fait du harfang un excellent chasseur mais, contrairement à la plupart des autres chouettes et hiboux, le harfang chasse plutôt de jour. À noter que leurs yeux jaunes caractéristiques sont très grands proportionnellement au corps et disposés vers l'avant. Ils sont fixes, ce qui oblige le harfang à tourner sa large tête aplatie pour pouvoir regarder autour de lui (il peut la tourner à 270°).

Le Harfang des neiges est considéré comme un espèce vulnérable et bénéficie de mesures de protection : il est interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, le colporter, l'utiliser, le détenir, le vendre ou l'acheter. Ce spécimen est l’une des 136 pièces provenant d’un don (1991) de Max Poll, professeur à l’Université libre Bruxelles.

Précisons enfin que ce spécimen est doté d’yeux rouges, ce qui n’est pas conforme à la réalité !

Mis à jour le 19 octobre 2019